Informations générales

Quelles règles étiez-vous tenus de respecter en temps de travaux?


Qualité de l’air :

  • Lorsque les activités de construction se situaient à moins de 50 mètres des zones résidentielles, le partenaire privé devait effectuer la surveillance des concentrations dans l’air ambiant de P10 et P2.5 (soit les particules fines d’un diamètre inférieur à 10 ou 2,5 microns, selon le cas) à l’aide de stations d’échantillonnage.

 

Climat sonore :

  • Durant la période de la construction, le Partenaire privé devait respecter les seuils sonores (L10) selon la période du jour (7h à 19h : 75 décibels; 19h à 22h : bruit ambiant sans travaux + 5 décibels; 22 h à 7h : bruit ambiant sans travaux + 5 décibels). Le Partenaire devait choisir, dans la mesure du possible, les équipements qui généraient les niveaux de bruit les moins élevés parmi ceux disponibles.

 

Camionnage :

  • Le Partenaire devait restreindre la circulation des véhicules aux voies de circulation proposées et identifiées dans son Programme d’intervention en matière de gestion de la circulation.

 

Politique qualité, environnement, santé et sécurité
 

iso_9001iso_14001

Qui finance le projet ?

 

Des banques européennes (espagnoles et portugaises principalement) et deux banques canadiennes, soit la Banque Royale du Canada et la Banque Nova Scotia. Nous sommes d’ailleurs très fiers d’avoir pu clôturer le financement du projet alors que les marchés mondiaux connaissaient en même temps une période de grande instabilité. Le fait que d’importantes banques aient décidé d’investir malgré ce contexte est évocateur de la confiance qu’elles portaient à l’égard du projet et de nos deux entreprises.

Quelle sera la place des Québécois dans ce projet?


Le consortium responsable de la conception et de la construction du projet est notamment formé de deux firmes canadiennes, à savoir Groupe Aecon Québec Ltée et Verreault Inc. De plus, la majorité des dépenses de construction ont été locales ou régionales. La majorité des matériaux ne voyageant que sur de courtes distances, les ouvriers de construction devaient provenir du Québec.

Que signifie la signature de cette entente PPP?

 

  • Il s’agit du troisième PPP au Québec et du second projet d’infrastructure routière en PPP dont le processus de sélection a été mené à terme.
  • On voit la concrétisation d’un processus très rigoureux qui a débuté par l’élaboration du dossier d’affaires, suivi par la première étape du processus de sélection du partenaire privé soit l’appel de qualification suivi de la deuxième étape, l’appel de propositions.
  • Lors de l’appel de qualification, les candidatures déposées étaient toutes de haut niveau comprenant des entreprises de calibre international, tant locales qu’étrangères, qui ont réalisé des projets de PPP ailleurs au Canada ou à l’étranger.  Cela démontre l’intérêt des entreprises d’ici et d’ailleurs pour les PPP au Québec.
  • Finalement, cela signifie la fin du processus d’acquisition en mode PPP et le début de l’entente de partenariat.

 

29 mars 2012

Carte - Tronçons complémentaires transférés au partenaire privé

 

26 octobre 2011

Carte - Nouvelle numérotation des sorties de l'autoroute 30
 

5 novembre 2008

Rapport d'analyse de la valeur ajoutée
 

7 octobre 2008

Rapport no 3 du vérificateur du processus
 

19 juin 2008

Rapport no 2 du vérificateur du processus
 

8 février 2008

Cahier spécial La Presse sur l'A-30
 

28 novembre 2007

Partie Est, faisons le point

 

16 février 2007

Rapport no 1 du vérificateur du processus
 

31 mars 2004

Entente Canada-Québec (volet 1)